L’usine de Deforest reconnue comme la meilleure

Marc Etter
Directeur général
Deforest

Une station de radio locale de Madison, au Wisconsin, a récemment décerné le titre d’« Entreprise de la semaine » au district de DeForest, un prix qu’elle remet aux entreprises établies dans le sud du Wisconsin ayant démontré un grand engagement envers leurs employés, leurs clients et l’environnement. En plus d’être une belle marque de reconnaissance, ce prix nous a valu d’être présents sur les ondes dans la grande région de DeForest/Madison et d’informer les auditeurs de l’importante contribution de Sanimax au sein des industries de l’agroalimentaire et de la restauration.

Bravo à tous nos employés du district, car il s’agit d’un prix remporté par toute l’équipe!

Il s’est passé bien des choses au cours des derniers mois à DeForest, avec des changements et des promotions à l’interne, plus particulièrement dans notre département des services de collecteurs de graisse (trappes), où la réglementation joue un rôle important en termes de services et d’élimination des matières.

Le ministère des Ressources naturelles de l’état du Wisconsin (WDNR) a mandaté cette unité d’affaires pour qu’elle désigne un employé à titre d’« opérateur responsable ». Ce dernier doit veiller à ce que l’entreprise soit en totale conformité sur le plan des services et du transport de toutes les matières récupérées dans les collecteurs de graisse dans l’état du Wisconsin. Pour porter cette appellation, l’employé doit avoir passé avec succès l’examen de « maître opérateur » qui fait partie du processus de certification administré par le WDNR.

Nous sommes fiers d’annoncer que trois de nos employés ont réussi cet examen de certification et que notre département dispose maintenant d’employés qualifiés en nombre suffisant pour garantir notre succès futur. Combinant plus de 25 années d’expérience chez Sanimax et dans le domaine des services de collecteurs de graisse, Mark McWilliams, Todd Fields et Jon Lattimer détiennent maintenant la certification de « maître opérateur ». De plus, Jon a été récemment nommé au poste d’« opérateur responsable » pour le district de DeForest.

Félicitations à ces trois spécialistes pour les efforts qu’ils investissent à être les meilleurs dans leur domaine!

Jon Lattimer

Todd Fields

Mark McWilliams

 

South St. Paul – Du progrès accompli en dépit de l’adversité

Ben Bertam
Directeur d’usine
South St. Paul

L’adversité, terme qui désigne un sort contraire, un événement malheureux ou une épreuve, requiert de la détermination et du courage pour être surmontée. D’autre part, le progrès constitue un mouvement en avant dans l’atteinte d’un but ou d’une destination. Quelle est notre destination? Redonner au district de South St. Paul sa grandeur d’antan, tout simplement. Malgré sa similitude avec le slogan politique connu « Make America Great Again », nous avons adopté cette expression parce qu’elle est simple et s’applique directement à notre situation.

Pour atteindre notre objectif, l’élément clé consiste à investir dans nos employés et dans leur formation. À cette fin, nous avons élaboré des plans de formation sur mesure pour tous nos employés de production ainsi que pour nos nouvelles recrues. De plus, nous avons commencé à documenter plusieurs processus importants pour appuyer la formation et assurer la cohérence.

C’est ainsi que nous continuons le parcours entrepris pour redonner au district de South St. Paul sa grandeur d’antan!

2017, une excellente année pour le district de Hamilton

Mark Lynch Directeur général Hamilton

Il semble que l’année 2017 vient tout juste de commencer, mais nous voilà déjà en novembre et les animateurs de radio nous rappellent qu’il est temps de décorer notre arbre de Noël. Le temps passe vite quand on est occupé à faire ce qu’on aime!

Travailler de manière efficace et sécuritaire est pour nous tous la chose la plus importante à faire. Plus tôt cette année, nous avons célébré 2 500 jours sans accident avec perte de temps, c’est-à-dire huit années passées à travailler de manière sécuritaire. Chaque employé a reçu un cadeau souvenir pour souligner cette réalisation, qui a demandé à tous de se responsabiliser et d’y mettre l’effort. Bravo à toute l’équipe!
D’autre part, après avoir établi des objectifs réalistes et nous être bien préparés, nous avons finalisé le projet du remplacement de notre vieille bouilloire. Dans les faits, nous avons modernisé la totalité du procédé en commençant par le puits de réception : nous avons réparé le plancher et les conduites de vapeur, rénové la tuyauterie et remis en service quelques réservoirs sous-utilisés. Les plus vieux réservoirs ont été retirés, d’autres ont été déplacés, les pompes et la tuyauterie ont été relocalisées, la bouilloire a été démantelée, le tout sans interrompre nos activités quotidiennes. Nous avons même réussi, durant cette période, à traiter un volume d’huiles de cuisson usées plus important que par le passé. Félicitations à nos équipes de maintenance et des opérations ainsi qu’à nos sous-traitants!

Tout le monde s’est impliqué activement cette année dans le projet TOPS, qui représente un investissement considérable et une mise à niveau importante des systèmes de soutien du transport et des outils utilisés par nos chauffeurs et nos répartiteurs dans le cadre de leurs activités quotidiennes. Notre équipe du transport s’est affairée à recueillir, à corriger et à entrer des données, à consulter les chauffeurs et à partager leurs points de vue au sujet des défis qu’ils rencontrent quotidiennement. Notre équipe interne de maintenance s’est adaptée aux échéanciers de maintenance préventive; elle a détecté les réparations à faire, réduisant ainsi les temps d’arrêt.

Au cours de l’année 2017, nous avons embauché une équipe solide de nouveaux chauffeurs au transport et quelques nouveaux employés se sont joints au groupe des opérations. La formation et l’intégration demeurent une priorité pour le transport. Le groupe des opérations a aussi adopté cette approche et a implanté son propre programme, qui vise une meilleure préparation des nouveaux employés et le renforcement des connaissances des procédés de transformation de notre personnel expérimenté. Nous disposons également d’un nouveau groupe : deux nouveaux employés offrent du soutien technique pour nos réservoirs. Ils sont sur le terrain à faire l’installation et l’entretien de nos réservoirs San Eco Tanks, soutenant par leur travail les initiatives de notre équipe d’approvisionnement.
Nos meilleurs vœux pour la saison des Fêtes et à très bientôt en 2018!

La Chambre de commerce de Green Bay rend hommage à ses membres de longue date

Donn Johnson
Directeur général
Green bay

Chez Sanimax, nous sommes fiers de notre engagement envers la communauté. Nous investissons sans cesse du temps et des ressources pour appuyer les initiatives communautaires locales. Dans le cadre du 135e souper annuel de la Chambre de commerce de Green Bay, qui avait lieu le 17 octobre, la Chambre de commerce a honoré Sanimax Green Bay, qui est l’un de ses membres de longue date, étant affiliée avec la Chambre depuis 135 ans et offrant ses services à la communauté depuis autant d’années.

Notre usine de Green Bay a été la deuxième entreprise à adhérer à la Chambre de commerce de Green Bay et en est actuellement le membre le plus ancien. Ce fut un honneur de recevoir ce prix au nom de tous nos employés, anciens et actuels.

De gauche à droite : Dawn Atkinson, coordonnatrice aux relations publiques, Lori Radke, présidente de la Chambre de commerce de Green Bay, et Donn Johnson, directeur général du district de Green Bay.

L’impact environnemental de Sanimax récompensé par l’état du Paraná, au Brésil

En 2015, le gouvernement de l’état du Paraná a créé un prix pour récompenser les entreprises qui participent à l’inventaire des gaz à effet de serre dressé par l’état, un mécanisme de déclaration utilisé par les pays qui sont parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Lors d’une récente visite de nos installations du Paraná, au Brésil, le secrétaire d’État à l’Environnement, M. Antonio Carlos Bonetti, a invité nos usines à relever le défi de la durabilité et à soumettre leur candidature à ce prix nouvellement créé. Cette année, nos équipes ont relevé le défi et ont soumis des rapports certifiés produits par des tiers pour nous usines d’Enéas Marques et de Tupãssi, dans l’état du Paraná. Nos deux installations ont mérité un prix « Or » – le Sceau d’or de l’état du Paraná – lors de cette première participation.

Tous nos dirigeants du Brésil étaient présents à la cérémonie de remise des prix, qui avait lieu le 7 novembre dernier. C’est avec beaucoup de fierté que notre directeur général Domingos Portilho a reçu ces prix au nom de ses collègues brésiliens. À cette occasion, les installations de Sanimax au Brésil ont été félicitées pour les efforts déployés afin d’établir de nouvelles normes élevées au sein de l’industrie locale de l’équarrissage. Dans son discours de remerciement, M. Portilho a souligné par ces mots l’importance de la contribution de Sanimax envers l’environnement et la santé-sécurité : « Lors de mon entrée en fonction, notre chef de la direction m’a dit que nos employés devaient retourner à la maison en meilleure santé et dans un meilleur environnement que lorsqu’ils sont arrivés au travail. »
Sanimax fait vivre ses valeurs partout où elle exerce ses activités.

Félicitations à nos équipes du Brésil, car leur succès rejaillit sur tous leurs collègues chez Sanimax!

Des performances records en santé-sécurité dans nos usines APC

Martin Boissonneault Directeur, Soutien opérationnel APC

Usine de Verchères : 6 ans sans accident avec perte de temps

Le 13 novembre dernier, l’équipe de Verchères célébrait la marque de six ans sans accident avec perte de temps. Avec une moyenne de 2 000 heures travaillées par employé par année pendant six ans, pour un total de 19 employés, on parle d’au moins 228 000 heures travaillées sans accident, en ayant toujours à cœur leur propre sécurité et celles de leurs collègues de travail. C’est une statistique impressionnante!

Usine de Calgary : 7 ans sans accident avec perte de temps

De leur côté, les membres de l’équipe de Calgary avaient eux aussi une belle raison de se réjouir, puisqu’en août dernier, ils franchissaient le cap de sept ans sans accident avec perte de temps. Si l’on transpose cette réalisation en termes d’heures travaillées sans accident par ces 16 employés, le résultat est tout aussi impressionnant : on parle d’au moins 224 000 heures de travail sécuritaire!

De bonnes pratiques en santé-sécurité

C’est dire à quel point la sécurité est devenue un réflexe, une seconde nature chez nos employés de Verchères et de Calgary. Consciemment ou non, ils analysent et éliminent les risques que comportent leurs tâches, ils examinent leurs équipements et leur milieu de travail avant de débuter une tâche, toujours dans le but de travailler en toute sécurité. De plus, ils n’hésitent jamais à signaler toute situation dangereuse.
C’est dire aussi à quel point les équipements et les procédures de travail ont été sécurisés grâce à l’expertise de nos spécialistes en santé-sécurité et de l’équipe de direction.
Cette belle réalisation collective mérite d’être soulignée. Toutefois, n’oublions pas que l’objectif ultime n’est pas tant d’établir des records, mais de s’assurer que tous, à la fin d’une journée de travail, puissent rentrer chez eux auprès de leur famille et de leurs amis, en bonne santé et fiers de ce qu’ils ont accompli.

Félicitations et merci à tous nos employés de Verchères et de Calgary ainsi qu’à André Chenail, à Robert Lapointe, à Marie-Claude Giguère, à Kevin McCabe, à Jovan Jankovic et à Mike Meszaros!

Le projet pilote « maître équarrisseur » à l’usine de Montréal

Daniel Mongrain Directeur d'usine Montréal

Daniel Mongrain
Directeur d’usine
Montréal

La ligne de poulet de l’usine de Montréal fait présentement l’objet d’une phase pilote dans le cadre du projet « Maitre équarrisseur » (ME). Des ressources et des efforts exceptionnels sont engagés dans ce projet et on sent une volonté de toutes les personnes impliquées de livrer les résultats et d’atteindre les objectifs visés par ce projet, soit de se tourner vers l’avenir et de permettre à tous de maîtriser les connaissances et les compétences associées à leurs tâches respectives à chaque étape des lignes de procédé. Il s’agit d’un projet porteur garant d’avenir pour l’ensemble de Sanimax.
Sous la direction de Serge Morin, l’équipe d’ingénierie de procédé réalise des travaux reliés à la normalisation des paramètres d’opération et à l’automatisation de certaines étapes du procédé. À ce jour, les résultats obtenus sont impressionnants et prometteurs.
Toujours dans le cadre du projet ME, une autre équipe travaille sur la reconnaissance des compétences et des qualifications du personnel d’opération. Les membres de cette équipe se sont entièrement mobilisés dans l’élaboration d’un programme de formation qui comprendra les plans de formation, les formateurs reconnus, les cahiers d’apprentissage, les plages horaires de formation définies ainsi que les modes de qualification.
Aujourd’hui déjà, les employés impliqués nous mentionnent que leur apprentissage aurait été beaucoup plus facile s’ils avaient eu la chance de bénéficier d’un tel programme de formation lorsqu’ils se sont joints à Sanimax. Cette réalisation est le fruit du travail coordonné de diverses équipes du projet :

  • Le Comité de gestion des compétences et des connaissances, qui comprend Robert Tessier, Barry Flynn, Sébastien Durant, Stephan Rivet, Angel Enamorado, Gaétan Couture, Abdelouahab Khettal, Maurice Cerda, Marc André Majeau, Richard Landry, Fréderic Coté-Hamel, Gaétan Bradette, Isabelle Savard, Diane Trudel, Daniel Mongrain, Bruno Walsh, Michael Delgado et le Groupe HumEng;
  • Le Comité de coordination, dont font partie Diane Trudel, Serge Morin, Sam Ido, Isabelle Savard et moi-même;
  • Le Comité de validation des modules de formation et des bases de connaissances, formé d’Annie Vézina, de Jean-Luc Champoux, de Médéric Lafleur, de Serge Morin, de Djillali Kashi, de Diane Trudel, de Sam Ido, de Richard Landry, dont je fais également partie;
  • Enfin, le Groupe de reconnaissance et de qualification, qui regroupe Bruno Walsh, Richard Landry, Jean-Francois Chayer, Fred C. Hamel, Guy Lapointe, Barry Flynn, Stephan Rivet et Angel Enamorado.

D’autres projets importants en cours

Depuis cet automne, deux autres projets importants sont en cours à l’usine de Montréal et se poursuivront en 2018. Les travaux de tubulure et de structure ont été entrepris à l’extérieur du bâtiment, avant l’arrivée de l’hiver, dans le cadre des projets « Condex » et « Récupération des buées de la ligne de plume ». Ces deux projets majeurs représentent des investissements de plus de 2,5 millions de dollars. La réalisation de ces projets tout en maintenant la production à son niveau habituel posera un grand défi sur le plan de la coordination. Toutefois, je suis très confiant que la collaboration de tous, nous serons en mesure de mener à bien ces projets à l’intérieur des délais prévus.

La performance, sous toutes ses formes

La performance de notre usine ne s’évalue pas uniquement aux volumes produits, mais se juge également sur l’ensemble des éléments suivants : la santé-sécurité, l’environnement, la qualité, la productivité et le climat de travail. Les membres de l’équipe du district de Montréal s’attardent quotidiennement à chacun de ces éléments clés.
Lorsque nous mettons nos valeurs d’entreprise en action, la performance sous toutes ses formes est au rendez-vous pour nous mener vers la réalisation de notre vision, soit d’être reconnus par nos clients comme le meilleur fournisseur de solutions environnementales pour l’industrie agroalimentaire.

Merci à tous ceux et celles qui contribuent de près ou de loin à la réalisation de ces projets et à la performance de l’usine de Montréal!

,

Une belle marque de reconnaissance pour notre usine et pour la réputation de Sanimax

De gauche à droite : La ministre Isabelle Melançon, Nicolas Turgeon (CRIQ), Isabelle Bouvier, Yannick Cadotte, Benoit Fiset et Jean-François Harvey (Sanimax), (personne non identifiée) et Dany Michaud (Recyc-Québec)

Le 22 novembre, nous avons assisté à un gala organisé par le Conseil des entreprises en technologies environnementales du Québec (CETEQ), un organisme qui honore annuellement les entreprises qui se sont démarquées dans le secteur de l’économie verte. Dans le cadre de ce gala, Sanimax s’est vu remettre, conjointement avec le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ), le prix Innovation et protection de l’environnement pour le développement d’un biofiltre novateur qui utilise des résidus de construction (béton concassé et recyclé) comme composante.

C’est avec beaucoup de fierté qu’Isabelle Bouvier, Jean-François Harvey, Benoit Fiset et moi-même avons accepté ce prix au nom de Sanimax. Merci à tous ceux qui ont participé à ce projet et qui ont contribué à faire grandir encore la réputation de Sanimax!

Le projet maître équarrisseur à Lévis

Yannick Cadotte Lévis

Yannick Cadotte
Lévis

Comme vous le savez déjà, Maître équarrisseur (ME) est un projet d’entreprise qui contribuera à réaliser notre vision d’être absolument les meilleurs. Dans le cadre de ce projet, nos objectifs sont de maîtriser pleinement les connaissances du métier de l’équarrissage, d’offrir un programme de formation adapté à tous les niveaux des opérations, de donner accès aux informations pertinentes aux tâches à accomplir ainsi que d’améliorer et de stabiliser nos procédés de production.

Pour nous aider à améliorer et à stabiliser nos procédés de production, fidèle à notre valeur Faisons mieux encore, nous avons mis en place une rencontre quotidienne pour analyser le procédé au cours des dernières 24 heures. Le superviseur de maintenance (Simon Thériault), le spécialiste en automatisation et contrôles (Pat Nicol) et moi-même, à titre de directeur d’usine, assistons à cette réunion, qui est dirigée par André Tremblay, notre spécialiste de procédé. André est responsable d’analyser certains indicateurs dans nos logiciels, comme par exemple les indicateurs de performance de la presse NP, du procédé en continu, du liquide de l’évaporateur 2 et du finisseur 1. Il est accompagné du superviseur de production en poste, qui est chargé de recueillir des informations des opérateurs et du procédé. Nos superviseurs (Yves Labonté, Jean-Hugues Drapeau et Sylvain Marcotte) ont aussi la tâche de communiquer aux opérateurs tous les changements transmis par l’équipe ME.

Au cours de cette rencontre, nous analysons ensemble les données journalières dans le logiciel et prenons rapidement des actions en fonction de ces données. L’opérateur et l’assistant-opérateur ont un rôle très important à jouer dans la collecte des informations et des observations du procédé. Ils communiquent ces informations aux superviseurs et les consignent par écrit dans un cartable réservé à cet effet. Ces informations sont cruciales pour l’analyse des dernières 24 heures, puisqu’elles nous aident grandement à comprendre le comportement du procédé au cours de cette période. Cette rencontre quotidienne représente une valeur ajoutée pour le chantier Maître équarrisseur. En plus d’être éducative et formatrice pour toute l’équipe, elle est l’occasion de nous impliquer et d’assumer nos décisions pour concrétiser notre vision.